Les bases de l’inflation

ble-inde-argentLu ce matin sur le site Trader Actif

Théoriquement, les investisseurs devraient diversifier leur capital en achetant différentes classes d’actifs et en espérant que les bénéfices générés par certains de ces placements aideront à compenser les pertes réalisés sur les autres.

Mais avec l’or qui atteint des sommets, les marchés boursiers qui rebondissent de leurs creux et le rallye que l’on observe sur le marché des Bons du Trésor, le climat d’investissement actuel est tout sauf typique. Il faut dire qu’à cause de la pire récession économique mondiale en 70 ans, les banques centrales ont presque toutes eu recours aux méthodes d’assouplissement quantitatif qui consistent tout simplement à acheter la dette de leur propre gouvernement afin de maintenir de la liquidité dans le système financier.

Tout le monde sait que l’argent ne pousse pas dans les arbres. Il faudrait peut-être expliquer ce concept aux gouverneurs de nos banques centrales.

Mais au fur et à mesure que les économies du monde entier récupèrent, cette liquidité, créée de toute pièce il faut bien le rappeler, doit trouver un refuge quelque part. Voilà pourquoi en ce moment toutes les classes traditionnelles d’actifs bénéficient de cet apport d’argent fraîchement imprimé. La grande question est toutefois de savoir combien de temps ce climat atypique d’investissement persistera. Probablement tant et aussi longtemps que les banques centrales appliqueront l’assouplissement quantitatif. Avec une augmentation de 109% de la base monétaire par rapport à la même période l’an dernier, il était inévitable que tout cela commence par se traduire en croissance de la masse monétaire. Et qui dit croissance de la masse monétaire, dit aussi garantie d’inflation à venir.

Comment tout cela va-t-il se terminer? Probablement mal! Si les banques centrales n’ont pas encore cessé d’avoir recours à l’assouplissement quantitatif, c’est tout simplement qu’elles ne reconnaissent pas que la crise financière soit terminée. Alternativement, si l’assouplissement quantitatif est utilisé trop longtemps, le climat global d’investissement deviendra vite inflationniste. Le danger est grand car l’inflation a prouvé par le passé qu’elle peut rapidement devenir hors de contrôle et cela peut importe que les banques centrales affirment qu’elles seront en mesure, le cas échéant, d’éponger l’excès de liquidité. Qui peut croire que ceux qui n’ont jamais vu venir la crise pourraient maintenant la solutionner? Certainement pas nous.

Définition de l’inflation par Wikipedia

L’inflation est la hausse du niveau général des prix, entraînant une baisse durable du pouvoir d’achat de la monnaie. Elle est généralement évaluée au moyen de l’Indice des prix à la consommation (IPC).

En général, on parle de l’inflation des prix à la consommation des biens et services, mesurée à qualité égale. L’inflation est un phénomène persistant, autoentretenu, qui touche l’ensemble des prix (avec une amplitude variable).

L’inflation est la « hausse généralisée et durable du niveau général des prix »2. Elle se traduit par une baisse du pouvoir d’achat de la monnaie, et à un taux de croissance différent entre valeur nominale et valeur réelle.

Employé seul, le terme d’inflation fait référence à la seule hausse de prix des biens de consommation, à l’exclusion de la hausse des prix des actifs (financiers, immobilier, …). Lorsqu’on parle de l’augmentation des prix de l’immobilier, des actions, des fonds de commerce ou autres actifs, on doit alors préciser que l’inflation se rapporte au niveau des prix de ces actifs.

Conséquences

En général, le salaire moyen augmente aussi vite, voire plus vite, que l’inflation ; les salariés ne perdent donc pas en pouvoir d’achat. De même, les minima sociaux et les pensions de retraite sont indexés sur l’inflation, et leurs pouvoirs d’achat ne diminuent pas.

Une inflation élevée est néfaste pour l’économie : elle induit des « coûts d’étiquette », mais surtout modifie le comportement des agents économiques, pouvant entraîner une perte de confiance dans la monnaie.

Une inflation élevée se répercute généralement sur les prix à la production de l’économie, et donc, à taux de change constant, entraîne une baisse de la compétitivité-prix.

Hyperinflation

L’hyperinflation est une inflation extrêmement élevée échappant à tout contrôle. Elle entraîne en général une forte récession économique. Phillip Cagan la définit en 1956 comme une période durant laquelle le niveau d’inflation se maintient au-dessus de 50% par mois.