Lehman Brothers, un an plus tard

lehmanUn an après la chute de Lehman Brothers les marchés n’ont pas encore refait toutes leurs pertes enregistrés entre Septembre 2008 et Mars 2009. La faillite de la banque d’affaire Américaine a été un cataliseur pour une accélération de la baisse des marchés boursiers. Cela a certainement aidé le CAC40 a casser franchement les 4000 points.

Ce niveau sera la prochaine grosse résistance de l’indice. Elle ne devrait pas céder facilement, elle pourrait même marquer le plus haut de cette année. Un nouvel argument pour garder des liquidités.

Au petit matin du 15 septembre 2008, la vénérable banque d’affaires américaine Lehman Brothers prend le monde par surprise en annonçant son dépôt de bilan, provoquant l’effondrement du système financier mondial.

Lawrence McDonald ne passe jamais sans un frisson devant l’immeuble new-yorkais de Wall Street qui abritait naguère la banque Lehman Brothers, dont il était l’un des meilleurs traders. «Le sort de 20.000 salariés a été décidé au 31e étage de cet immeuble», rappelle-t-il. Le 15septembre 2008, après 158ans d’activité et un week-end d’ultimes tractations au sommet, Lehman Brothers annonce son dépôt de bilan. La chute de l’établissement a été précipitée par son incapacité à se refinancer après la crise des subprimes – des placements adossés à des créances immobilières à risque – et du crédit. La banque a également été «lâchée» par les autorités américaines, réticentes à intervenir dans le système bancaire.

Cette annonce provoque une onde de choc qui débouchera sur une crise financière d’ampleur mondiale. Les images des employés qui ressortent du siège de la banque sous le choc avec leurs affaires sous le bras font le tour du monde. Les marchés financiers paniquent. Résultat, dès le lendemain, les autorités américaines font volte-face. Elles nationalisent de facto l’assureur AIG pour lui éviter la faillite, entamant une série d’interventions au capital d’établissements financiers. Mais la faillite de Lehman Brothers a aussi exposé les défauts du système de régulation et de surveillance bancaire américain, qui reste toujours lacunaire, un an plus tard. Et depuis, plus de cent banques américaines ont mis la clef sous la porte.

Le Telegramme.com